Arrêtons de faire de la syngamose une psychose!

Qui n’a pas un jour au gré des recherches sur internet diagnostiqué que sa poule ou celle d’un autre propriétaire en détresse était atteinte de syngamose? Ce terme semble très savant qui décrit une atteinte parasitaire au niveau du poumon et du jabot s’emploie à tort et à travers dès qu’une poule a du mal à respirer, tend son bec vers le ciel en fermant les yeux, semble chercher son air en mimant un “bâillement” d’où son 2eme surnom “la maladie du bâille bec”.

Sauf que dans 90% des cas, il ne s’agit absolument pas d’une atteinte parasitaire mais de symptômes respiratoires bien + fréquents liés à ce que l’on nomme là encore à tort et à travers “coryza”. Ce terme désigne au sens large tout simplement un “rhume”. On entend par là bien souvent une atteinte des voies respiratoires.

Atteintes respiratoires, pourquoi, comment?

Il s’agit du symptôme connu de manière quasi universelle chez la poule, puisque son système respiratoire est bien + fragile que son système digestif. Vous avez donc de grandes chances de croiser un jour une atteinte respiratoire si vous avez des poules.

  • La première cause, la + fréquente, est tout simplement une réaction inflammatoire locale et passagère liée à un stress suite à un déménagement. Cela apparaît dans les heures qui suivent le déménagement, même si la poule était en parfait santé 6h + tôt! Cette réaction est fréquente, surtout chez les poules de petit gabarit, chez qui les réserves sont réduites.

Il suffit de vitaminer, et quelques jours de thym infusé fait des miracles. Si vous avez du pulmo dia c’est encore mieux!

  • La deuxième cause, par ordre statistique, est le mycoplasme gallisepticum. Ce pathogène est présent dans 99% des poulaillers et se traduit par des atteintes respiratoires, souvent accompagnées de ronflements, ou encore qui peuvent donner dans les cas les + avancés des zones qui gonflent au niveau de la tête.Les symptômes  vont  dormir  puis  se réveiller  par poussées  à la  moindre  occasion 
  • La 3ème cause, c’est la fameuse Bronchite Infectueuse (BI). Si vos poules ne sont pas vaccinées, comme les mycoplasmes, vous avez de fortes chances de voir apparaître des troubles respiratoires à l’occasion de chaque stress, changement de saison, humidité…  Vous allez également observer régulièrement des œufs déformés, ou à coquilles molles etc…

Voilà pour les 3 premières causes d’atteintes respiratoires les + fréquentes, auxquelles quasiment tous les propriétaires de poules sont confrontés un jour où l’autre.

La syngamose ne fait pas partie du top 3… et ne fait même pas partie du top 10!

Si vous en rencontrez un jour, sachez qu’au delà du très médiatisé symptôme du “baille-bec” il y a quelques éléments à prendre en compte:

  • elle se déclenche chez les oiseaux jeunes de moins de 3 mois. Au-delà, les poules sont immunisées (mais restent vecteur)
  • elle est très rarement pathogène en-dessous de 20 degrés, et se retrouve surtout l’été, et/ou dans les pays chauds
  • elle s’attrape essentiellement lors de l’ingestion de vers de terre porteurs, présents dans le parcours
  • ceux qui ont déjà observé cette atteinte pourront relater de fréquents “crachats”, des sortes de rejets, souvent sanguinolents avec une sorte de toux

L’école nationale vétérinaire a fait plusieurs écrits sur cette atteinte et vous avez une des sources très accessible et simplifiée ICI pour ceux que ça intéresse d’aller + loin. L’école nationale vétérinaire de Toulouse “Avicampus” fait partie de nos sources privilégiées, et vous trouverez quelques articles accessibles au public qui permettent de passer outre toutes les idées reçues qui peuvent circuler sur le net, sur bien des sujets.

Mais justement, pourquoi toutes les sources du net convergent vers la syngamose, dès qu’on tape dans google une recherche sur une poule qui “bâille”? Pour la même raison que l’on va trouver tout un tas d’articles sur l’effet vermifuge de l’ail, ou encore la solution miracle des coquilles d’huître pour solidifier les œufs… Ces articles ne sont jamais écrits par des vétérinaires ou des ingénieurs avicoles, et pour cause ces derniers ont autre chose à faire que d’écrire des articles gratuits sur le net.

La vérité, c’est qu’ils sont écrits par des personnes, certes de bonne foi, mais qui écrivent des articles dans des buts bien précis: générer des clics, ou vendre un produit affilié ou pas à leur article. Lorsqu’on connaît les mécanismes qui permettent de gagner de l’argent avec un blog, on comprend que les articles de qualité, et suffisamment documentés sont extrêmement rares, et qu’avant de tomber dessus, on a le temps de se perdre parmi tout un tas d’écrits de vulgarisation sans aucun fondement scientifique, par des personnes qui dans la majorité des cas ne sont pas eux-mêmes des professionnels de l’élevage. Leur but n’est pas la qualité des articles ni leur approfondissement, mais la quantité de trafic généré, qui vont indirectement rapporter de l’argent à leur blog.

Cela n’est pas une critique mais une mise en garde. Si vous voulez un vrai diagnostique avicole, tournez-vous vers un vrai vétérinaire avicole. Et un vrai vétérinaire avicole ne donnera jamais un diagnostique sans autopsie ou analyses laboratoires.

Bref, pour conclure, arrêtez de donner des coquilles d’huître à tort et à travers, de vermifuger avec de l’ail ou des potions magiques maison, d’acheter des remèdes à des pathologies qui ne font pas l’objet de vrais diagnostiques… Si vous êtes un particulier, misez tout sur la vaccination, et le préventif. Si vous êtes un professionnel, vous savez déjà que sans suivi vétérinaire l’auto-diagnostique et l’automédication sont à fuir!

Comme beaucoup de choses, la syngamose est à la poule ce que le ténia est à l’homme: ça existe, mais finalement on a moins de chances de le rencontrer que tout un tas d’autres pathologies bien + fréquentes qui peuvent causer des symptômes similaires!

Laisser un commentaire